Petites leçons d'anthropologie comparée, aujourd'hui : l'épouse et ménagère

Publié le par Yoda-Ben²

Aujourd'hui, ami lecteur, une fois n'est pas coutume, ton infortuné serviteur va s'appuyer sur un texte (ou plutôt, quelques extraits) trouvés en plusieurs exemplaires sur divers sites, intitulés "Le guide de la Parfaite Épouse", semble-t-il édité en 1955 par le Housekeeping Monthly selon certaines sources, ou en 1960 dans un manuel scolaire d'économie domestique anglo-saxon selon certaines autres. Quoi qu'il en soit, les instructions présentées sentent à plein nez le virilisme triomphant à la Mad Men et l'époque bénie où la seule ambition honorable d'une femme était d'être la parfaite maîtresse de maison. Cela dit, j'estime que ce guide ne va pas assez loin. Si on veut faire les choses pleinement, j'estime qu'il faut y aller franco ! Voire, plonger dans la parodie la plus crasse, mais il est si bon de rire parfois, c'est comme une source d'eau pure qui jaillit, et qu'est-ce qui se peut comparer au rire cristallin d'un enfant, résonnant dans l'air pur du matin comme des milliers de clochettes ? Le ton de ce nouvel article est différent, mais j'ose espérer que sa lecture t'apportera quelque agrément.

Alors, rien que pour toi, ami lecteur, morceaux choisis :

 

Préparez le repas tôt. Planifiez à l’avance, le soir précédent même, pour avoir un délicieux dîner prêt à l’heure où il rentre.


        Voire, au moment où il rentre, préparez les repas de la semaine prochaine. Ou même ceux du mois suivant. En fait, non, préparez une année complète de nourriture en une seule fois ! Une fois submergé par des centaines de Tupperware moisissants dans toutes les pièces de la maison, vu que le congélateur est déjà plein, il admirera votre prévoyance.

 

La plupart des hommes ont faim quand ils rentrent à la maison et la perspective d’un bon repas (particulièrement leur plat préféré) fait partie de l’accueil chaleureux dont ils ont besoin.


      Car en effet, il sera enchanté de manger de la côte de boeuf avec des frites à tous les repas pendant tout le temps qui lui reste à vivre. Ne vous fiez pas à son taux de cholestérol, c'est un détail futile.

 

Préparez-vous. Prenez 15 minutes pour vous reposer afin d’être détendue quand il arrive. Retouchez votre maquillage, mettez un ruban dans vos cheveux, et ayez l’air frais. Il était justement avec des personnes avec des soucis de travail.

       Recoupez-vous les cheveux, cousez en vitesse de nouveaux volants à votre robe, rajeunissez de vingt ans, rembourrez votre corsage avec des chaussettes roulées en boule, teignez-vous en blonde, injectez-vous du collagène dans les lèvres, s'il n'est pas trop tard et que le temps le permet. Il était avec des personnes avec des soucis de travail. Ça n'a strictement aucun rapport avec la choucroute, me direz-vous ? Sans importance. Comment trouver ces quinze minutes pour vous reposer alors que vous êtes censée avoir nettoyé la maison de fond en comble et que vous ne disposez ni d'un TARDIS, ni d'un retourne-temps ? Vous ne pouvez vous en prendre qu'à vous-même, c'est votre faute.

 

Soyez un peu enjouée et un peu plus intéressante pour lui. Sa journée ennuyeuse peut avoir besoin d’un coup de pouce et l’un de vos devoirs et de le lui donner.


        Sachez cependant, mesdames, garder la juste mesure. Remballez-moi ce recueil de Roucasseries, ce nez de clown et cette méthode du parfait pétomane, ou cette Encyclopédie du Savoir Superficiel en 95 volumes dédicacée par Kant. D'abord parce qu'une femme drôle, ça n'existe pas, et parce que si votre seigneur, maître et époux veut apprendre un truc intéressant, il le fera à ses réunions hebdomadaires de son club de gentlemen (celui où il va toujours sans vous). Quant au coup de pouce... Façon de parler. Prévoyez un mouchoir en papier et de quoi retoucher votre rouge à lèvres à la fin, il vous en sera reconnaissant.

 

Rangez le désordre. Faites un dernier tour dans la partie principale de la maison avant le retour de votre mari. Rangez les manuels scolaires, les jouets, les papiers, etc. et puis passez un coup de chiffon sur les tables.


     Car évidemment, vos enfants n'ont absolument pas besoin de vous aider à ranger le bordel qu'ils ont eux-mêmes créé. Une maîtresse de maison accomplie devrait également savoir rafraîchir en quelques minutes la décoration de sa maison afin d'offrir un foyer toujours original à son seigneur, maître et époux. Cela tient parfois à des petits riens, comme changer les coussins du canapé, la place des bibelots, le papier peint ou détruire une cloison pour construire une pièce supplémentaire dans la maison (engagez les travaux de terrassement de préférence en-dehors de ses heures de sieste, pour ne pas le déranger). Ne vous lancez dans la construction du jacuzzi, de l'héliport ou du terrain de golf que pendant les beaux jours.

 

Durant les mois les plus froids de l’année, vous devez préparer et allumer un feu auprès duquel il pourrait se détendre. Votre mari se sentira comme dans un paradis de paix et d’ordre, et ça vous rendra plus heureuse aussi. Après tout, s’occuper de son bien être vous fournira aussi une grande satisfaction personnelle.


     Cela implique bien évidemment qu'avec votre petite robe, votre brushing et vos jolis souliers à talons, vous alliez seule dans la forêt pour découper à la hache les stères de bois nécessaires pour alimenter le feu. De plus, vous voir débarquer avec l'arbre sur l'épaule, suante, ahanante et couverte d'aiguilles de pin alors qu'il revient de sa réunion bi-hebdomadaire de son club de gentlemen revigorera de manière extraordinaire les appétits sensuels de votre seigneur, maître et époux. Pour entretenir l'illusion, pensez aux chemises à carreaux, aux bretelles et au chapeau de paille. Glissez votre perruque dans votre corsage en laissant échapper plusieurs mèches. Oh, et dernier détail. Le feu n'est allumé et entretenu que pour lui. Vous avez le devoir de crever de froid dans votre petite robe, de l'autre côté de la maison. Manquerait plus que vous osiez voler la chaleur de ce feu.

 

Préparez les enfants. Prenez quelques minutes pour laver les mains et les visages des enfants (s’ils sont jeunes), coiffez leurs cheveux, et si nécessaire, changez leurs vêtements.


     Il est également indispensable de les recoiffer entièrement à coups de brushing, maquillez-les s'ils sont laids et si vraiment leurs visages sont trop désagréables à voir, tentez une petite opération de chirurgie esthétique avec les instruments de la cuisine. Ou alors, cachez-les dans le placard. De toute façon, il est peu probable que votre mari se souvienne du nombre de ses enfants -anodin-, il ne se rendra probablement pas compte s'il en manque un ou deux.
Heureusement, en outre, que le guide nous prévient, nous autres femmes, qu'il faut de temps à autre laver et changer les gamins. Car charmantes mais sans cervelle, les mères laisseraient leurs gosses avec des fringues dégueulasses parce qu'elles n'y penseraient pas. "Oh, la petite dernière qui pue ? J'ai probablement oublié de changer sa couche, suis-je distraite, hu hu hu !"

 

Les enfants sont des petits anges et il voudrait qu’ils y ressemblent. Minimisez tous les bruits. Au moment de son retour, éliminez le bruit du lave-linge, du séchoir ou de l’aspirateur. Essayez d’encourager les enfants à être calmes.

      En cas d'urgence, rien ne vaut la bonne vieille méthode Rohypnol, vieux calva ou coup de rouleau à pâtisserie dans l'occiput, et ligotage au scotch de déménageur dans la cave. Pensez à les libérer au moment du coucher.

 

Soyez heureuse de le voir. Accueillez-le avec un sourire chaleureux et montrez de la sincérité dans votre désir à lui plaire. Ecoutez-le.

     Démontez votre boucleur à cils pour l'introduire dans votre bouche afin de lui offrir un sourire éclatant et perpétuel. Montrez de la sincérité de plaire à votre seigneur, maître et époux, mais vous n'êtes pas obligée de la ressentir. Écoutez-le, façon délicate de vous intimer l'ordre de vous taire. De toute façon, le boucleur à cils dans votre bouche qui bloque votre mâchoire et vous fait baver sur votre robe est là pour ça.

 

Vous pouvez avoir une douzaine de choses importantes à lui dire, mais le moment de son retour n’est pas le bon. Laissez-le parler d’abord – rappelez-vous, ses sujets de conversations sont plus importants que les vôtres.


     En effet, il a eu des soucis toute la journée avec le dossier Trucmuche ou des clients mécontents, n'allez pas gâcher sa soirée en lui parlant de choses futiles comme votre nouvelle grossesse, les inquiétudes de votre médecin quant à cette grosseur suspecte sous votre bras ou l'incendie qui a débuté à l'étage ! En revanche, écoutez religieusement votre seigneur, maître et époux quand il vous déblatèrera pendant trois quarts d'heure ses déboires avec Henri de la compta, ce con d'Hervé qui lui a soufflé le dossier Orbitech ou Perpétue, la moche et con qui bosse aux factures. C'est là un de vos devoirs.

 

Faites en sorte que la soirée lui appartienne. Ne vous plaignez jamais s’il rentre tard ou qu’il aille dîner dehors, ou dans d’autres endroits sans vous. Au lieu de cela, essayez de comprendre son monde de stress et de pressions et son besoin très réel d’être à la maison et de se reposer.


      Bien sûr, il est absolument exclu qu'il se fatigue à vous prévenir afin, par exemple, que vous puissiez sortir vous aussi de la maison pour prendre l'air. Vous avez signé l'arrêt de mort de votre existence en disant "oui" devant monsieur le maire, tenez-vous le pour dit. De même, il n'a strictement aucune envie de savoir ce qui s'est passé pendant votre journée à vous. Souvenez-vous : le travail d'une maîtresse de maison accomplie compte pour rien, et ne se voit que lorsqu'il n'est pas fait.

 

Ne vous plaignez pas s’il rentre tard pour dîner ou même s’il ne rentre pas de la nuit. Considérez ceci comme mineur par rapport à tout ce qu’il a pu endurer ce jour-là.


     Car il s'agit là d'une façon délicate de sa part de vous montrer que vous ne remplissez pas adéquatement vos devoirs d'épouse, prenez note de vos erreurs et efforcez-vous de vous corriger. Il découche pour aller se faire souffler dans le poireau par Rita la Goulue ? Prenez rendez-vous avec cette dame pour qu'elle vous initie à ses petits secrets. Il déserte la couche conjugale pour folâtrer avec Nini Belles Fesses ? Demandez humblement d'assister à leurs ébats pour prendre des photos et n'oubliez pas votre bloc-notes pour écrire les commentaires. Vous rentrez des courses pour le surprendre, à quatre pattes sur la moquette du salon, en train de se faire vigoureusement tirlipoter le chauffe-plat par Henri de la compta ? Investissez dans les accessoires ad hoc afin de pallier votre infirmité anatomique.

 

Mettez-le à l’aise. Faites en sorte qu’il s’asseye sur un canapé confortable ou qu’il s’allonge sur un lit. Ayez une boisson froide ou chaude prête pour lui.


     Si le besoin s'en fait sentir, proposez-lui un massage pour détendre ses muscles endoloris, une manucure pour le débarrasser de cet ongle qui accroche, ou une séance complète de drainage lymphatique pour supprimer sa peau d'orange. La boisson froide ou chaude, c'est bien, le repas complet, c'est mieux. L'éprouvante journée qu'il a eue lui ôtera sans doute toutes ses forces. Ajustez un bavoir autour de son cou, coupez sa viande et nourrissez-le à la cuillère. S'il se soulage dans son pantalon, changez-le. Portez-le jusqu'à votre chambre et lisez-lui "Pierre Lapin se promène" pour l'aider à s'endormir, après, bien sûr, lui avoir mis son pyjama.

 

Arrangez son oreiller et offrez de lui retirer ses chaussures. Parlez d’une voix basse, relaxante et agréable.

      Toutefois, ne tombez pas dans le piège de vous prendre à imiter Barry White. Quoique, cela peut avoir un effet bénéfique s'il revient de sa réunion quotidienne de son club de gentlemen.

 

Ne lui posez pas des questions sur ses actions et ne mettez pas en doute son jugement d’intégrité. Rappelez-vous, il est le maître de maison et en tant que tel, exercera toujours ses volontés avec intégrité et véracité. Vous n’avez pas le droit de le remettre en doute.


      Ni de l'ouvrir quand il vous tabasse pour ce résidu d'oeuf resté sur son assiette, ce début de ride au coin de votre oeil, ou ce faux-pli sur sa chemise. Ou quand il dépense l'argent du loyer en cocaïne et filles faciles. Ou quand il vous imtime l'ordre de faire vos valises et de quitter les lieux dans la demi-heure parce qu'il souhaite emménager avec Henri de la compta.

 

Une bonne épouse connaît toujours sa place.

     Estimez-vous heureuse, il a laissé des vieux cartons derrière la maison, vous pouvez vous faire un nid. Alors n'allez pas vous plaindre, sale ingrate.

Commenter cet article